Bordeaux : la Colonne des Girondins


Le monument aux Girondins, situé à Bordeaux, place des Quinconces, a été élevé entre 1894 et 1902 à la mémoire des députés girondins victimes de la Terreur. Les Bordelais le nomment couramment « colonne des Girondins » ou « monument des Girondins ».



Premier projet de la place Gambetta


Dès 1868, un projet de monument à la mémoire des Girondins est établi pour la place Dauphine (actuelle place Gambetta), à Bordeaux. C'est sur cette place que les dernières exécutions de députés girondins, ont eu lieu en 1794. Ce projet ne sera pas réalisé.





 

Projet de la place des Quinconces


En 1881, le conseil municipal de la ville de Bordeaux prend la décision d'ériger un monument à la mémoire des députés du groupe des Girondins.

Le 29 mars 1887, le centre des allées de Tourny est choisi comme emplacement d'un monument surmonté d'une "statue de la République" et, le 10 juin suivant, par arrêté, un concours est ouvert à tous les artistes français pour proposer un projet.

Le projet qui avait reçu le premier prix ne sera cependant pas réalisé, au bénéfice de celui arrivé second au concours.

Cependant, dans le même temps, un autre projet était en cours pour orner la place des Quinconces d'une fontaine monumentale commandée à Bartholdi.

La ville de Bordeaux prend la décision de regrouper les deux projets — celui du monument aux Girondins, et celui de la fontaine — en n'en formant plus qu'un, celui d'un monument-fontaine qui sera érigé sur la place des Quinconces.

Le 14 novembre 1893, les crédits sont votés par le conseil municipal et les travaux débutent en 1894 avec l'érection d'un échafaudage en bois de 54 mètres de hauteur. Ils se termineront en 1902.

Toutefois, le projet ne sera pas réalisé en entier : bien que dédié aux Girondins, les deux groupes de statues représentant huit des principaux députés ne seront jamais réalisés et leurs emplacements sur le socle de la colonne, en arrière de chacune des deux fontaines, demeurent toujours inoccupés.


 

Les bronzes de la Colonne des Girondins et la seconde guerre mondiale

En pleine seconde guerre mondiale, dans les années 1941-1942, la ville de Bordeaux va perdre beaucoup de ses plus belles œuvres d’arts en bronze. Parmi celles-ci, les bronzes des fontaines du Monument des Girondins, destinés à être transformés en canons par l'occupant.

Le 5 Septembre 1942, la "Commission de la récupération des métaux non ferreux" décide d’envoyer à la refonte les bronzes des fontaines du monument des Girondins. Chacun comprenant la monstruosité de fondre une œuvre pareille pour en faire des canons, personne ne va se précipiter, tous les intervenants vont traîner les pieds.

Ces bronzes sont enlevés en Août 1943. Tout est ensuite fait pour retarder le convoi, il n’y a aucune urgence si bien qu’à la Libération, en octobre 1944, les bronzes n’ont toujours pas dépassé la ville d'Angers où ils sont récupérés.

Ramenée ainsi en pièces détachées le 5 Juillet 1945 à Bordeaux, l'oeuvre des chevaux devra attendre le 28 Janvier 1983 pour retrouver sa place. Le 23 Février 1983, la République et la Concorde reprennent enfin place de part et d'autre de la colonne, avec leur cortège d'enfants et d'hommes représentant l'instruction publique, la fraternité ou… le mensonge, le vice et l'ignorance (ceux-là sont renversés dans les bassins, cela va de soi!) et surtout leurs chevaux fièrement cabrés sous l'écume. Applaudissements de la foule, fanfares et discours triomphants...


Source : https://www.bordeaux-qqoqccp.fr


 

Coup de coeur d'un Girondin

(je suis abonnée à plusieurs groupes sur le Bassin d'Arcachon et la Gironde et n'hésite pas à contacter les auteurs des publications pour vous montrer les merveilles de notre belle région : les photos prises au bon moment, avec le bon éclairage, dans les meilleures conditions)

  • Crédit de toutes les photos : Karl Heinrich von Dorn, qui a très gentiment accepté que ses photos soient publiées dans notre blog - La page Facebook de Karl

  • Source des commentaires : Wikipédia


 

Pour en savoir plus :


 

Vous cherchez un hébergement pour votre séjour, qui vous permette de visiter le Bassin d'Arcachon (de Biscarosse au Cap Ferret, en passant par la Dune du Pilat, Arcachon, Andernos...) et ses alentours ?

  • Venez dans une de nos chambres d'hôte "Chez Pascale et Patrick" à Mios, et profitez de notre table d'hôte, après une journée bien remplie !

  • Voir nos chambres d'hôte

  • Voir notre table d'hôte

  • Renseignez-vous sur notre site internet, ou appelez-moi (06.35.57.37.36), je serai ravie de répondre à vos questions !

Pascale