Notre engagement en ce qui concerne l'environnement  -  Le Slow Tourisme

Qu'est-ce que le Slow Tourisme ?  : Un mouvement relativement récent

 

Depuis plusieurs années, nous entendons parler du slow tourisme, ou plus spécifiquement du Slow Food, en opposition au Fast Food. Une petite réflexion nous a amenés à réaliser que Patrick et moi sommes totalement dans ce mouvement. Encore mieux, nous avons un certain nombre d'actions planifiées dans le cadre de notre démarche environnementale qui s'inscrivent dans la démarche Slow. Je me rends compte cependant que nous ne sommes qu'au début de l'approche du Slow tourisme et qu'il nous reste encore une grande marche de progression. Cela est vraiment passionnant !

 

J'ai donc décidé de prendre le temps d'expliquer ce qu'est le Slow Tourisme pour ceux qui ne connaissent pas (ce qui, de plus, s'inscrit totalement dans ce mouvement), ainsi que de faire le point sur notre position dans cette approche (voir ci-dessous).

Des propriétaires de chambre d'hôte en Charente Maritime ( Brigite et Patrick, Le Clos de la Garenne à Puyravault ) ont fait un travail très exhaustif sur les écogestes, de façon à passer des vacances responsables : "Une démarche de tourisme écoresponsable". Si le sujet vous intéresse, je vous encourage à consulter leur site internet qui est remarquable (accès par le bouton ci-contre).

             Définition : le Slow FOOD

 

Le Slow Food est un mouvement international qui cherche à préserver la cuisine régionale de qualité ainsi que les plantes, semences, les animaux domestiques et les techniques agricoles qui lui sont associés. Il est fondé en Italie en 1986 par Carlo Petrini en réaction à l'émergence du mode de consommation de type restauration rapide.

Slow Food, dont le manifeste a été signé à l'Opéra-Comique à Paris en décembre 1989, un mouvement également connu sous le nom de « écogastronomie », est une association internationale à but non lucratif reconnue par l'Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (ou FAO) qui possède son siège à Bra au sud de Turin.

Son logo est un escargot qui symbolise un mouvement très lent.

Les objectifs de l'association Slow Food sont divers :

  • S'opposer aux effets dégradants de l'industrie et de la culture de la restauration rapide qui standardisent les goûts ;

  • Défendre la biodiversité alimentaire au travers des projets de l'Arche du goût et des Sentinelles

  • Promouvoir les effets bénéfiques de la consommation délibérée d'une alimentation locale et de nourriture indigène ;

  • Promouvoir une philosophie de plaisir ;

  • Encourager le tourisme attentif et respectueux de l'environnement et les initiatives de solidarité dans le domaine alimentaire (voir aussi écotourisme).

  • Réaliser des programmes d'éducation du goût pour les adultes et les enfants ;

  • Travailler pour la sauvegarde et la promotion d'une conscience publique des traditions culinaires et des mœurs ;

  • Aider les producteurs-artisans de l'agroalimentaire qui font des produits de qualité.

L'escargot, le symbole du Slow Food

Définition : le Slow TOURISME

Le Slow Tourisme, est une nouvelle forme de voyage qui est apparue au début des années 2000. C’est l’art de voyager tout en prenant son temps, de s’imprégner pleinement de la nature qui nous entoure et de la richesse du patrimoine. C’est privilégier les rencontres, savourer les plaisirs de la table, avec le souci du respect du territoire et de ses habitants.

Le slow tourisme est donc ce tourisme du temps choisi, garant d’un ressourcement de l’être (pause, déconnexion, lâcher-prise, mais aussi bien-être, temps pour soi, santé), peu émetteur de CO2, respectant l’écosystème du territoire d’accueil et synonyme de patience, de sérénité, d’améliorations des connaissances et des acquis culturels.

Pratiquer le slow tourisme n’est pas seulement un choix, c’est également une conviction pour la plupart des voyageurs, dont les motivations se traduisent souvent par le besoin de :

  • Renouer avec ses origines en s’immergeant au cœur des territoires.

  • Pratiquer un tourisme écologique en réduisant l’impact de ses déplacements, en privilégiant les mobilités douces, non polluantes, en favorisant la biodiversité et le respect des patrimoines existants.

  • Permettre des rencontres et partager les modes de vie des populations locales. 

  • Vivre une expérience riche des valeurs partagées, des activités pratiquées, des rencontres réalisées et des émotions ressenties.

Comment passer un séjour Slow, chez nous, à Mios​ ?

Il est tout à fait possible de passer d'excellentes vacances chez nous en mode Slow : 

  • Mios est situé un peu en retrait de l'agitation touristique du Bassin d'Arcachon, tout en restant  à proximité des sites d'intérêt.

  • Activités :

    • Pour les adeptes du vélo : 

      • Il y a beaucoup de balades à faire en partant directement de chez nous - Nous avons fait toutes celles décrites ci-après (enfin, presque, sauf Bazas, c'est un peu au-dessus de mes capacités ...). Nous avons passé des journées magiques, et je dois dire même inoubliables (hé oui, ces balades sont encore dans nos mémoires...). De plus, la piste cyclable est à environ 200 m de la maison :

      • Le Teich : 32 km de vélo : direction Le Teich. Une fois sur place, visite du parc ornithologique du Teich (payant)​, puis, à vélo visite du delta de la Leyre sur la partie droite du parc ornithologique avec, si la marée le permet, baignade dans le delta (sinon, une réserve d'eau de mer a été aménagée à proximité de la réserve), déjeuner à la brasserie de la réserve (ouverte le midi, sauf le lundi).

      • Tour du Bassin : 56 km de vélo (44 km de vélo si on va à la gare de Biganos en voiture) : prendre le train à la gare de Biganos pour Arcachon, puis la navette maritime vers le Cap Ferret. La piste cyclable vous ramène directement à Mios (ou au passage à Biganos pour récupérer votre voiture le cas échéant). Pensez à amener un pique-nique.

      • Le Cap Ferret : 12 km de vélo pour aller à la gare de Biganos + minimum 10 km au Cap Ferret : prendre le train à la gare de Biganos pour Arcachon, puis la navette maritime vers le Cap Ferret. Vous avez alors le loisir de visiter la pointe du Cap Ferret (environ 10 km de vélo), et de poursuivre vers les villages ostréicoles de l'Herbe, du Canon, de Pirallan (un peu plus de km). Prévoyez de pique-niquer. Il est aussi possible de déjeuner dans un restaurant sur place.

      • Bazas : 130 km de vélo, pour les plus sportifs donc, ou pour les vélos électriques : une piste cyclable relie Mios à Bazas. Il est donc possible en partant tôt le matin, d'aller à Bazas, de visiter sa ville, dont sa magnifique cathédrale classée à l'UNESCO, de manger une côte de boeuf bazadaise (persillée à souhait !!), et de revenir à Mios.

      • Tour du lac de Sanguinet

      • De nombreuses balades en vélo sont aussi possibles en se rendant sur place en voiture (bien que un peu moins esprit Slow):

        • Les réserves naturelles de Certes et de Graveyron : à Audenges​

        • Le sentier littoral qui longe tout le Bassin

    • ​Descente de la Leyre en canoë : 

      • Base nautique à 20 minutes à pied de la maison. Plusieurs possibilités entre Belin-Beliet et Le Teich (le delta de la Leyre). Pourquoi ne pas faire une escale à la rôtisserie de Mios pour déguster un excellent poulet rôti des Landes (validé par un chef 3 étoiles qui a séjourné chez nous).

    • Un parc accrobranche :

      • Pour les plus jeunes, à 25 minutes à pied.

    • Visite des villes :

      • Bordeaux (ville classée au patrimoine mondial de l'UNESCO), Arcachon et sa ville d'hiver. Nous vous recommandons de vous y rendre en train. Vous éviterez ainsi les embouteillages ainsi que le coût du parking de la voiture.

Nos chambres d'hôte sont un accueil vélo
Mios, le paradis du Canoe sur le Bassin d'Arcachon
Mios, le paradis de l'accrobranche sur le Bassin d'Arcachon
  • Repas :

    • A Mios, il y a plusieurs restaurants d'excellent rapport qualité / prix. Entre 10 et 20 minutes à pied​ de notre maison, vous trouverez une rôtisserie en plein air (un vrai petit paradis), un bar à vin Italien un peu sélect, et une auberge. En vélo, à 4 km, se trouve aussi un restaurant bistronomique.

    • Les hôtes des chambres d'hôte peuvent aussi profiter de la table d'hôte. Une fois de retour à la maison, plus besoin de ressortir, et la perspective de passer une bonne soirée en compagnie d'autres hôtes qui comme vous recherchent la convivialité !!

Quelle est notre approche du Slow et du Slow tourisme ?

Notre esprit Slow s'exprime dans nos actions :

  • Locavores : nous achetons et consommons les produits locaux typiques de la région (cependant, étant donné la productivité du potager géré par Patrick, nos achats de fruits et de légumes sont assez restreints) :

    • Les huitres du Bassin d'Arcachon.

    • Les asperges cultivées dans les terrains sableux environnants.

    • Le vin de la région Bordelaise (Côtes de Bourg, Saint Emilion...).

    •  Notre ambition dans le futur est de consommer encore plus local, en nous rapprochons d'autres acteurs locaux :

      • Un producteur de pigeons à Mios.​

      • Un producteur de fromage en démarche "crowdfarming" dans les Pyrénées.

      • Une commerçante de fromage à Mios.

      • Des magasins de produits locaux tels que "Les Culs Terreux" à Biganos. 

  • Producteurs : nous cultivons un potager bio et gérons un verger bio et un poulailler (volailles, lapins), certes à notre échelle, donc relativement modeste, mais durable (verger, potager, volailles). Les produits de tout ce travail sont servis à notre table d'hôte.

  • Recycleurs : nous trions tous nos déchets et compostons les déchets organiques non consommés par nos animaux. Ceci se fait naturellement dans la basse court.

  • Economiseurs : nous gérons les ressources en eau et en énergie au mieux des éventuelles contraintes techniques et financières. En particulier :

    • La maison d'hôte a été rénovée en conformité avec la Directive RT 2012.

    • Nous avons aussi investi dans un foyer fermé. Nous chauffons ainsi une bonne partie de la maison avec du bois en grande partie de récupération (vieille charpente destinée à la destruction, bois de tempête, déchets verts issus de jardinage et destinés initialement aux centres de recyclages...).

  • Récupérateurs : nous ne jetons qu'en dernier recours, cherchant toujours comment réutiliser ou transformer matériaux, meubles, linge et objets. Par exemple :

    • Les chambres d'hôte sont meublées avec des meubles de récupération (de famille, ou achetés), et rénovés par nos soins.​ C'est le cas aussi pour certains meubles du gîte.

    • Je couds un certain nombre d'articles en utilisant des chutes de tissus suite à l'aménagement de nos chambres d'hôte, ainsi que les vieux draps de ma grand-mère.

  • Ecologiques : nous utilisons essentiellement des produits d'entretien naturels (vinaigre d'alcool blanc, bicarbonate de soude...).

  • Educateurs, informateurs :

    • Nous transmettons ces "bio principes" autour de nous, en communiquant à travers notre livret d'accueil ou notre site internet, mais aussi en montrant l'exemple. C'est un réel plaisir de discuter de ce sujet avec nos hôtes, si cela les intéresse.

    • Nous avons aménagé les abords de la terrasse où se déroulent la table d'hôte et les petits déjeuners par beau temps avec des plantes aromatiques et des petits potagers en carrés. Bien souvent, cela interpelle nos hôtes et appelle à la discussion. Nos hôtes essaient d'identifier les plantes. En général cela commence par le visuel, puis je les encourage à toucher les plantes et à deviner de quoi il s'agit. Le thym ou le romarin sont rapidement identifiés, mais la verveine citronnelle ou la menthe chocolat sont plus difficiles à trouver !! J'ai même donné des boutures...

    • Je ne compte plus le nombre d'hôtes qui ont décidé de produire eux-mêmes leur propres yaourts suite à leur séjour chez nous. L'un d'eux a même commandé sa yaourtière de chez nous, et elle l'attendait chez lui à son retour de vacances !!

Actions spécifiques liées à la cuisine

  • Autant que possible, nous consommons des produits faits maison : petits déjeuners : yaourt, gâteaux et confitures - chocolats (Noël, Pâques) -  notre table d'hôte : spaghettis, ravioles, glaces ...

  • Autant que possible j'essaie de valoriser ce que auparavant je pouvais considérer comme des "déchets" : peau des agrumes bio que je confits au sucre pour faire des orangettes au chocolat, ou que je sèche et réduits en poudre pour parfumer les gâteaux ou les plats.

  • Développements récents :

    • Lactofermentation (aucun risque sanitaire, uniquement du sel et de l'eau, les pots en verre ainsi que les joints sont réutilisables, donc coûts pécunier et environnemental très faibles).

    • Je me suis récemment équipée d'un déshydrateur. Par exemple, à  l'apéritif, nous dégustons des chips de courgette du potager. 

  • Objectif : faire mes fromages moi-même.

Actions spécifiques

en relation avec le potager

  • Etant donné la grande production du potager de Patrick, il est important de cuisiner les produits de différentes façon pour éviter la lassitude de nos hôtes (et la notre !).  Tous les ans, je découvre de nouvelles façon de conserver ou de cuisiner les produits de notre jardin. Par exemple, mes dernières trouvailles : les courgettes à l'aigre douce, les figues confites, des ravioles à la   citrouille ...

  • J'essaie de développer la cuisine anti-gaspi, tel le sablon de tomate ...